Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Welcome

  • : Absolute Trendsetter
  • Absolute Trendsetter
  • : Variations d'une trendsetteuse parisienne qui parle de la mode, des tendances, de l'actu, de ce qui fera ou ne fera pas les tendances de demain
  • Contact

Recherche

11 septembre 2008 4 11 /09 /septembre /2008 09:44

Samedi 6 septembre 2008. J'ai déjà passé deux jours au salon du prêt-à-porter et je sors d'un bain délassant auquel a succédé un p'tit plateau-télé à base de sushis. Je mets la télé et me cale devant "On n'est pas couché", émission de Laurent Ruquier, réplique de "Tout le monde en parle". Christine Albanel, notre ministre de la Culture et de la Communication, est sur le plateau et va subir l'interrogatoire des têtes brûlées, les deux Eric. Intéressant, me dis-je, mais je ne pouvais savoir à quel point...

Je n'ai pas la prétention d'être une spécialiste de la langue française, mais j'ai quelques petites lubies qui me collent à la peau. Tout d'abord, on dit aller "à vélo" et pas "en vélo", tout comme on ne dit pas la voiture "à ma soeur", mais la voiture "de ma soeur". De petites lubies qui me font une réputation de pinailleuse désagréable lorsque je reprends les gens qui s'adressent à moi, mais que voulez-vous: on ne se change pas...

Tout ça pour dire que je trouvais déjà à redire sur les présentateurs du PAF, comme sur les animateurs radio, qui font des fautes de français à répétition, mais là... j'ai été soufflée! Etait-ce le stress de l'interview croisée des deux bouledogues objecteurs de conscience ou une ignorance malheureusement partagée par bon nombre de français, mais notre ministre n'a toujours pas intégré que le nom commun "espèce" est féminin, invariablement féminin: on dit donc bien "UNE espèce de", et pas "UN espèce de", quel que soit le genre du mot qui suivra. Donc, Madame Albanel, vous m'avez déçue. Comment peut-on se prétendre Ministre de la Culture et de la Communication et faire de pareilles fautes..?

Ajoutons à cela les réflexions d'Eric Zemmour qui s'est fait plaisir en demandant à l'invitée pourquoi elle maniait si bien la langue de bois alors qu'elle se montrait si incisive dans son cercle personnel. Pas de chance pour elle: Lambert Wilson et Anne Brochet sont là pour défendre "Commes les autres", un film sur l'adoption homoparentale. Quand la question, certes délicate, est posée à Christine Albanel, elle s'ens ort par une pirouette, prétend qu'elle ira voir le film, qu'elle n'a pas suffisamment de données pour pouvoir donner son avis... Bullshit! Comment peut-elle prétendre ignorer les tenants et aboutissants d'une telle question, surtout en étant conseillère UMP du 4ème arrondissement de Paris, comme l'on si justement fait remarquer les chroniqueurs?

La question est épineuse, bien sûr, et il est évident qu'il faut un homme et une femme pour faire un enfant, mais que dire de ces orphelins parqués dans des instituts, alors que des couples homosexuels se proposent de les adopter, parce qu'ils ont un réel désir d'enfant? Deux parents du même sexe valent-ils moins que deux parents de sexes opposés? Est-il plus important de privilégier une vision classique de la famille quand autant de gamins n'en auront jamais? Et que dire de ces familles qui explosent le jour où le père découvre son attirance pour les hommes ou la mère pour les femmes? Les enfants en pâtiront-ils plus que d'autres?

Le sujet est relancé régulièrement, chaque camps défendant farouchement sa position, mais il s'agit toujours plus d'un débat idéologique que de la recherche d'une solution réelle visant à donner un foyer à des enfants qui le méritent et en ont besoin. Mais c'est vrai: pourquoi prendre une position tranchée, surtout si elle peut déconvenir..? autant prétendre n'avoir aucune opinion, c'est plus safe.

Une chose est sûre: la culture et la communication en France ont du souci à se faire. Mais il est vrai qu'il vaut mieux financer la restauration d'oeuvres modernes "destinées à disparaître", comme les colonnes de Buren, polémiquer sur des sujets tels que les différentes manifestations qui n'évoluent pas d'une année sur l'autre parce qu'il ne faudrait pas essayer de sortir des sentiers battus, que se poser de vraies questions et d'éviter les fautes d'accord, et surtout, surtout pas de remettre en question nos méthodes d'enseignement et de transmission. Et dire qu'on critique les élèves qui ne savent pas lire et écrire en sortant du primaire...

Partager cet article

Repost 0

commentaires