Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Welcome

  • : Absolute Trendsetter
  • Absolute Trendsetter
  • : Variations d'une trendsetteuse parisienne qui parle de la mode, des tendances, de l'actu, de ce qui fera ou ne fera pas les tendances de demain
  • Contact

Recherche

29 mars 2013 5 29 /03 /mars /2013 14:59


20-ans-d-ecart.jpgC’est la comédie romantique de l’année. Oui, nous ne sommes qu’en mars et je le déclare déjà. Et par conséquent, inévitablement, le film à aller voir si ce n’est déjà fait. D’ailleurs, comment ça “vous ne l’avez toujours pas vu” ? Avec le succès dès les premiers jours...? Vous n’y étiez donc pas, parmi ces milliers de personnes qui se sont pressées pour aller se régaler les yeux avec Pierre Niney ou Virginie Effira (il en faut pour tous les goûts, n’est-ce pas ?) ? Séance de rattrapage…

Le pitch : Alice a 38 ans. Alice est rédac chef d’un magazine féminin à tendance “djeun’s”. Alice voit sa promo remise en question  pour cause de midinette délurée ambitionnant ouvertement de prendre sa place. Mais tout bascule le jour où elle revoit Balthazar, étudiant de 20 ans son cadet rencontré dans l’avion, et que des clichés d’elle et lui se mettent à circuler sur le web. Alice redevient aussitôt bankable aux yeux de son boss. C’est alors qu’elle décide d’utiliser sa relation encore inexistante avec Balthazar (mais qui ne demande que ça, une relation avec elle) pour s’élever au firmament…

Bien sûr, qu’on s’attend à ce qu’Alice se prenne à son propre jeu. En même temps, quelle femme normalement constituée pourrait résister au charme indéniable de Pierre Niney, irrésistible Balthazar (qui, du coup, devient furieusement tendance) ? De vernissages en traversées de Paris sur un improbable scooter rose, ces deux-là redonnent foi en l’amûûûr par hasard.

Verdict : un comédie légère, dont on anticipe la fin sans réelle surprise, mais qui a le mérite de ne pas tomber dans le cliché fatal. Plutôt agréable : le contraste entre Balthazar qui tombe amoureux d’une femme plus âgée tandis que sa nouvelle belle-mère n’est autre qu’une ancienne copine de lycée. D’un côté, la tendresse de Balthazar et Alice, de l’autre la relation pathétique d’un père dans sa middle age crisis. Ou comment tordre le cou avec élégance aux schémas habituels… Pour peu, on irait même traîner dans les bars d’étudiants dans l’espoir de trouver l’étincelle…

Partager cet article

Repost 0

commentaires