Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
27 avril 2012 5 27 /04 /avril /2012 14:54

En cette période de matraquage électoral où il ne se passe pas une minute sur Twitter et Facebook sans qu’un ami / follower / vague contact retwitté ou partagé ne vous casse les pieds avec son plaidoyer pour ou contre l’un ou l’autre candidat, il est grand temps de s’attaquer à un autre problème : comment s’habiller en ces temps troublés par une météo peu propice aux petites folies printanières ?

On ne vous l’a pas dit pour ne pas vous inquiéter, mais ce temps maudit va durer. Profitez du moindre rayon de soleil car il ne saurait résister bien longtemps à l’assaut des nuages. Sortez fissa vos lunettes de soleil avant qu’elles ne meurent d’oubli au fond de leur étui. Et oui : les lunettes de soleil peuvent s’éteindre faute de sortie. Damned ! Tiendront-elles seulement jusqu’à décembre, date de la fin du monde ?

Jusque-là, il va falloir tenir bon et user de subterfuges pour rendre la grisaille plus supportable. Le total look noir / gris / bleu marine est à réserver aux grands dépressifs qui ont perdu tout espoir. Pour les autres, entamons une danse du soleil à base de couleurs de saison, la number one étant (au risque de radoter), le tangerine. Après le slim, voici donc venu le pull léger. Une fois de plus, on fait du cheap shopping et cette fois-ci c’est direction Monoprix (si, si) pour un p’tit pull punchy qui a déjà disparu de bien des rayons (il vous reste le site).

NDLR : la couleur de la photo du site n’a absolument rien à voir avec la couleur réelle qui a bien une pointe d’orangé…

Partager cet article
Repost0
18 avril 2012 3 18 /04 /avril /2012 15:56

Quelques jours (semaines ?) d’absence et me voilà de retour pour un petit focus sur le slim de l’été made in Zara. Après moult recherches, j’ai enfin déniché LE slim rose qui va  bien. Pourquoi “moult” recherches ? Et bien parce que le modèle parfait repéré chez Topshop ne l’était pas tant que ça, que l’Abercrombie a de fausses poches (pas pratique du tout) et que mettre 200 euros dans un jean rose, hum… comment dire… ça dépasse ma conception de la mode. Un jean rose, c’est pour le fun, pas du premium.

Et me voilà un joli jour de mars chez Zara, traversant la boutique d’Opéra pour me rendre chez Mango (oui, j’avais décidé de faire du cheap shopping, parce que c’est bien aussi, le cheap shopping), quand mon regard s’arrête sur un jean rose. Waouh ! Rose bonbon, le jean. 49,90 euros. Mais un peu carton quand même. Pas grave, je poursuis ma route. Et là… Arrêt sur image : une pile de jeans peau de pêche d’un rose orangé que j’appellerai tangerine (parce que c’est son nom). Ni une ni deux, je file en cabine, enfile le jean qui menace de s’arrêter à mi-fesses avant d’accepter d’en épouser les formes de façon plus que seyante et là, c’est la révélation : c’est LE slim rose idéal. Pas Barbie, pas Paris, la couleur est parfaite, la coupe aussi et le prix… 29,90 €. Rien à dire !

Introuvable sur le site, il va falloir aller chiner les rayons des boutiques Zara pour trouver cette perle rare en espérant qu’il en reste si vous voulez habiller votre fessier de tangerine. Et pour les fans de pistache : il y en a aussi…

Partager cet article
Repost0
4 avril 2012 3 04 /04 /avril /2012 18:12

Pitera Nine WestA Pâques, il y a celles qui vont avoir des œufs, celles qui vont avoir une poule ou des lapins, moi je vais avoir des chaussures. Et pas en chocolat ! (remarquez, parfois, les lapins ne sont pas en chocolat non plus…)

Bref, le froid qui est revenu nous rendre visite ne me décourage pas et le bon que je trimballe dans mon sac pour une paire de Pitera me conforte dans l’idée que dès ce weekend j’arborerai aux pieds une nouvelle paire de chaussures, de celles qu’on veut absolument pour marquer l’arrivée des beaux jours, des chaussures qui mettent du soleil dans la tête et des couleurs dans le style.

Les Pitera sont color block au possible pour être dans la tendance. Elles sont compensées pour galoper sur l’asphalte. Elles sont multicolores parce que c’est incontournable cet été. Elles sont fuchsia et orange parce que c’est girly mais pas Barbie.

Les Pitera, on les trouve chez Nine West.

Partager cet article
Repost0
23 février 2012 4 23 /02 /février /2012 11:17

StylistpickLes beauty box cartonnent depuis déjà quelques mois. Les petites culottes qui arrivent dans la boîte aux lettres aussi. C’est maintenant au tour des chaussures de voler tous les mois vers les fashionistas compulsives. Attention, il va falloir faire de la place dans votre dressing si vous ne voulez pas vous retrouver noyée sous les boîtes à chaussures. L’invasion est proche et vous allez adorer !

Le concept est on ne peut plus simple : vous vous inscrivez sur Stylistpick (le choix du styliste) et chaque mois on vous propose une sélection de chaussures, sacs et bijoux. Cette sélection semi-personnalisée aura été réalisée par des spécialistes (journalistes, stylistes…) en fonction de votre profil (non, vous n’échapperez pas au questionnaire). Vous aimez ? Vous choisissez votre modèle à prix unique (39,95 euros) et il arrivera chez vous quelques jours plus tard. Vous n’êtes pas séduite ? Joker, et on en reste là pour ce mois-ci.

Comme en Angleterre (pays d’origine de Stylistpick), il y aura un système d’abonnement, mais celui-ci ne sera pas obligatoire. En revanche, il donnera quelques avantages (bons de réduction, frais de livraison réduits, retours gratuits…).

Au final, c’est l’occasion de renouveler votre stock de chaussures régulièrement sans vous casser la tête. Vous avez (presque) un personal shopper qui vous mâche le travail, ce qui est déjà, pour certaines, une épine de moins dans le pied (c’est dans la thématique). Bon, et puis il faut bien l’avouer : on adore recevoir des paquets !

Partager cet article
Repost0
23 novembre 2011 3 23 /11 /novembre /2011 11:37

Les ponts de novembre sont propices aux petites escapades en terre étrangère. Pour ma part, j’ai commencé par aller fêter Halloween dignement (totalement antinomique) de l’autre côté de l’Atlantique, à Baltimore plus précisément. Mais avant d’enfiler mon costume d’infirmière délurée, je suis passée par la fameuse case shopping et ai jeté mon dévolu sur Abercrombie & Fitch (qu’on trouve, certes, à Paris, mais pas tout et certainement pas au même prix) et Victoria’s Secret (qu’on ne trouve toujours pas dans notre belle capitale et dont les frais de livraison et taxes vers la France sont si importants que ça dissuade illico de commander en ligne).

Petit retour sur mes achats raisonnés de ce début de mois.

Gilet AbercrombieTout d’abord, on rejoint l’esprit preppy avec un cardigan rayé fuchsia et bleu marine (une longue discussion entre bleu marine et noir semble avoir tranché pour le bleu marine en dernière minute et à côté d’un legging noir, mais certains ne sont toujours pas convaincus – donc ce sera bleu marine OU noir, selon l’humeur et la façon d’assortir). Il est long, donc idéal pour porter sur un legging avec un petit top un brin trop court autrement.

Le preppy, inutile de vous le répéter, c’est pile poil la tendance. On le voit sur Alexa Chung et ses copines, même votre stagiaire sait le mixer avec élégance. Donc on n’hésite pas sans pour autant tomber dedans la tête la première (trop de preppy tue le preppy, c’est bien connu). Idée fashion : on superpose le maxi-gilet Abercrombie sur une mini en cuir (à la place du legging) avec des bottes plates et un top près du corps. L’équation serait impossible (ou en tout cas risquée) sans le gilet pour dédramatiser la mini en cuir + le top moulant, même si les bottes plates font déjà une partie du boulot.

Passons ensuite aux chemises. Le carreau a la forme et la tendance est loin de s’être essoufflée en cours de route. On pioche donc allègrement dans le vestiaire coloré pour dénicher deux chemises girly (et en promo ! merci les mid-season sales de nos amis américains, avec eux on tombe toujours bien). La première fait plus été, je vous le concède, avec ses coloris pastels, tandis que la seconde est doublée et, comble du détail qui tue : avec une doublure différente. On aime le détail des petits carreaux quand on retrousse les manches.

Chemise Abercrombie 1Chemise Abercrombie 2

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pour porter la chemise à carreaux, on ne va pas chercher bien loin : un jean, des tennis ou des bottes plates (tiens, encore elles), quelques bijoux pour féminiser le tout et le tour est joué ! On évite cependant l’option chemise ouverte sur débardeur : 1. il fait froid et 2. les nineties c’est fini…

Quant à Victoria’s Secret, j’ai craqué pour du hot pink rebaptisé pour l’occasion berry gloss (une vraie fille, je vous dis) et j’ai fait une razzia sur les push up qui vous font des seins… rebondis..? sans passer par la case chirurgie et des cheekies, ces culottes ultra-échancrées qu’on ne soupçonne pas sous les vêtements, mais qui sont tellement plus chics qu’un G-string

Victoria's Secret Very Sexy cheekiesVictoria's secret Very Sexy bra

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

De façon surprenante, pas de chaussures cette année. Il faut dire que Baltimore n’est pas non plus le comble de la fashion made in USA. Loin de NY et LA, on revient sur les basiques et on fonce sur les marques emblématiques. Du basique,  donc, mais avec chic.

La prochaine fois, je vous expliquerai comment j’ai dévalisé TopShop à Londres…

Partager cet article
Repost0
20 octobre 2011 4 20 /10 /octobre /2011 17:55

Louis Vuitton… le célèbre malletier devenu culte grâce au talent de Marc Jacobs a fait des émules. Plus fort que les fashionistas, plus fort que les people et leur inséparable it bag, plus fort que les starlettes en devenir qui posent monogrammées, plus fort même que les michetonneuses qui se font couvrir de LV entrelacés, voici les véritables fans de la marque. Ceux qui ne se contentent pas d’acheter Vuitton, ceux qui vivent Vuitton et customisent Vuitton. Tout, du sac poubelle à la bicoque mexicaine, du porc tatoué à la chaise électrique, de la tronçonneuse à la grenade, du masque à gaz à l’abattant des toilettes en passant par le fusil, la voiture, de la Vierge Marie au tatouage version wallpaper, TOUT est Vuittonable ! La preuve en images…

En revanche, je doute qu’on trouve ça au flagship des Champs-Elysées

Merci au LA Weekly (un article datant de 2009 quand même) pour l’inspiration…

Partager cet article
Repost0
21 septembre 2011 3 21 /09 /septembre /2011 17:40

Après les creepers, le… Lanvin moutardemoutarde !

A part le colonel ou celle de Dijon, je n’adhère pas vraiment au concept, voire pas du tout. Et pourtant, le moutarde fait son grand retour cet hiver et s’installe dans la plupart des collections des petites comme des grandes marques. On nous le sert à toutes les sauces (joliii !!!), en faisant la it couleur de la saison. En jupe, en top, en pantalon, en manteau ou en accessoire, la moutarde touch, il faut l’avoir.

Céline moutardeC’est en tout cas ce que disent les bibles de la mode et leurs gourous les plus trendy.

Oui, alors voyons… En hiver, je ne sais pas comment vous vous situez, mais généralement le teint varie entre blafard et rosé. Loin du hâle estival qui donne bonne mine et permet (presque) toutes les extravagances en matière de coloris. Or, porter du moutarde quand on est un brin pâlotte, c’est un peu comme tenter le mélange qui tue : l’équation béchamel + dijonnaise = risque d’indigestion.

Hermès moutardeCe qui n’empêchera pas la vendeuse de vous certifier que “mais si, avec le bon blush, vous verrez, c’est topissiiime” (avec l’emphase) alors que mi-septembre, avec un reste de bronzage, vous n’êtes déjà pas convaincue.

Mais alors, me direz-vous, pourquoi ne pas se contenter du moutarde en jupe / pantalon / accessoire ? Mes jolies, regardez-vous dans la glace avec ce pantalon moutarde. Que voyez-vous ? Une touche de couleur qui ne sied que dans un environnent propice et ultra-étudié (un catwalk, une séance photo…), et encore.

Jusqu’à aujourd’hui, je n’ai jamais vu personne me démontrer que le moutarde a un tant soit peu de sex appeal. Personne, ni la robe Lanvin, ni le manteau Céline, pas même le beau gosse chez Hermès… Mais peut-être une vilaine sorcière bonne fée me fera changer d’avis..? (vous m’en permettrez toutefois d’en doutez). Et chez vous : passera ou passera pas, le moutarde ?

Partager cet article
Repost0
7 septembre 2011 3 07 /09 /septembre /2011 12:00

Ciré rouge Tara JarmonAïe ! Quand le métro remplace le vélo et qu’on se rend de la rue de Grenelle (oui, dangereuse, la rue de Grenelle, il y a Stuart Weitzman, heureusement, à 20h passées, la boutique est fermée) au café Mabillon, on passe immanquablement devant quelques vitrines, et pas des moins intéressantes.

Donc hier soir j’ai pu poursuivre ma wishlist avec un autre coup de cœur de la saison (qui n’attendre pas qu’il fasse 0°C, celui-là) : le ciré rouge Tara Jarmon (ou, plus précisément, Mademoiselle Tara – seconde ligne de la marque, plus accessible, aux jolies silhouettes féminines à grands renforts de cloches sur la tête et ça aussi, ça me plaît !).

Le ciré et moi, c’est une longue histoire qui remonte au lycée. A l’époque, on m’appelait BB. Pas pour ma moue boudeuse, encore moins pour mes longs cheveux blonds, mais parce que je me baladais fièrement avec un chouette ciré noir qui détonnait un peu au milieu des blousons Chevignon. Que voulez-vous, on a du style, ou on n’en a pas, et moi je ne suis pas vraiment du genre à suivre la mode comme un mouton de Panurge.

Bref, c’est avec délice que j’ai entraperçu cette pièce cerise hier au détour de la rue Dufour. Même pas en vitrine, non, sur un portant (c’est vous dire si j’ai l’œil aiguisé !). Parce qu’en vitrine, il est en moutarde, et tout de suite ça me parle moins. On en reparlera, d’ailleurs, de la couleur moutarde… Parce que c’est nécessaire !

Bref, le rêve à un coût, celui-ci est de 370 €. Je crois que je vais commencer une collecte de fonds

Partager cet article
Repost0
5 septembre 2011 1 05 /09 /septembre /2011 16:11

La rentrée, c’est le moment de revoir sa garde-robe, de trouver la petite robe qui va bien, la couleur qui donne du peps, la coupe qui transcende un look… C’est aussi le moment de regarder à plus de deux semaines en listant ses priorités : oui à la petite robe en maille, en revanche, les boots attendront qu’il fasse plus froid. Revue de repérage :

La folie des robes (pas besoin de se casser la tête pour trouver l’assortiment idéal le matin) :

Robe-cape Maje- La robe-cape Maje : côté style, on ne peut pas lui nier une belle première place. Encore faut-il oser la porter… Mais c’est la robe qui, sans nul doute, vous fera remarquer avec ses larges manches qui font office de cape (et oui, elles sont trompeuses). Evidemment, elle est présentée en orange, couleur ultra-tendance de la saison qui revitalise un hiver un peu tristouille et met du baume au cœur pour peu qu’on se lance. On lui associe des escarpins pour une touche féminine jusqu’au bout des shoes. 220 €Robe laine rouge Bérénice

 

- La robe-pull Bérénice : simple, classique, limite passe-partout, si ce n’est qu’on la choisit rouge (encore une couleur vive et chaude) pour réchauffer les journées grises d’hiver. Les épaules zippées et les détails aux manches sont bien vus. On regrette juste qu’elle soit en laine et pas en cashmere (ça risque de gratter un peu – à essayer pour s’en rendre compte)… A porter avec des cuissardes qui dégueulent plissent, des boots, mais surtout pas des ballerines ou des escarpins au risque de mémériser la silhouette (si, si, on en connaît qui tomberaient dans le piège). 209 €

 

Robe bimatière Tara Jarmon- La robe 60s de Tara Jarmon : baby doll en puissance, cette petite robe donne assurément un look digne des Austin Powers girls. Bimatière, affichant une large touche d’orange elle aussi, elle a un petit côté Swinging London qui donne irrésistiblement envie de danser jusqu’au bout de la nuit sur de bons vieux tubes British. Pour un effet shoolgirl au bureau, elle est idéale, et s’adaptera aussi bien à une journée de travail qu’à une afterwork endiablée. 220 €

 

On remarque : l’hiver 2011-2012 sera coloré ou ne sera pas. Plus c’est vif, plus ça attrape l’œil et mieux c’est. Alors out le noir, le gris et le marine, cette année on fait éclater sa bonne humeur sur ses fringues !

 

 

 

Côté shoes :

Stuart Weitzman Tango- Les escarpins bordeaux Stuart Weitzman : vous commencez à le savoir : j’aime Stuart Weitzman. Alors on rempile pour la saison avec l’escarpin Tango en version Fire Quasar, un très beau bordeaux. Ca permettra de réchauffer le pantalon noir ou la petite robe grise qu’on ne va quand même pas mettre à la poubelle. Le talon aurait pu être plus fin, mais celui-ci assure une démarche plus stable malgré son talon haut (légèrement compensé par un plateau). $325 (je ne suis pas encore allée voir le prix en boutique en France)

 

Emma Rabbit Ash- Les boots Ash : elles sont tout simplement magnifiques, les Emma Rabbit ! C’est LE coupe de cœur de la saison. Avec un peu de lapin, une cheville sanglée, pied bridé, un talon vertigineux (ici encore compensé en partie par un petit plateau). Ce sont sans conteste les boots de l’hiver. En revanche, pas de précipitation : on nous annonce encore 20°C pour les prochains jours, elles devraient pouvoir attendre encore un peu ! 245 €

 

Pour un premier repérage (à vélo), c’est déjà pas mal, non ?

Partager cet article
Repost0
22 juin 2011 3 22 /06 /juin /2011 19:06

Mercredi 22 juin 2011. Ouverture des boutiques : le top départ pour la course aux soldes est donné. Devant chez Louboutin, il y a file d’attente. Ailleurs… tout semble si calme… Un peu comme la fête de la musique de la veille (on ne sait pas si c’est la perspective du mauvais temps ou les quelques grèves – y a pas idée de faire grève un jour de fête de la musique ! – qui ont assagi cette fiesta du premier jour de l’été. Imaginez : j’ai même pu entrer dans le métro pour rentrer chez moi !).

Bref, Saint-Germain est d’un calme douteux. Peut-être que les Zara et autres H&M ont plus de succès que les boutiques du quartier. Toujours est-il que la folie des grands jours n’était pas de rigueur. Out, les RTT pour s’offrir la robe de ses rêves à moitié prix : en 2011 on bosse pour payer le loyer, les impôts et si possible la colo du petit. Ce n’est pourtant pas faute d’allécher la shoppeuse : –50% ! Pensez donc !

Stuart Weitzman Serfour13h. Pause déj. Ces sandales, ça fait plus d’un mois que j’y pense. Donc direction la rue de Grenelle où se trouve la boutique Stuart Weitzman. Et ce n’est même pas pour une paire de talons vertigineux. Non. Je veux de jolies chaussures plates. Le genre qu’on peut mettre en soirée sans passer pour une souillon (parce que j’en ai, des tongs, mais j’ai toujours choisi de les prendre peu onéreuses, comme si je ne pouvais concevoir de payer cher pour moins de 8cm). Mais voilà : il y a ces quelques modèles non soldés… Et mes sandales en font partie. Coup du sort

 

Sandale ColiséePas déstabilisée pour deux sous, je file chez Colisée de Sacha. C’est bien, Colisée de Sacha. J’en ai dépensé, de l’argent, chez eux. Et là, surprise ! TOUT est soldé. Pas de détail. Trouve ta pointure et cherche le modèle qui te plaît. Celui qui me plaît… Ben il est chez les 38, les  40, mais rien en vue dans les 39. Heureusement, la vendeuse de choc (Linda, si vous la croisez) était là : “comment ça, il n’y a pas ta taille ? Je les ai reçues hier”. Trente secondes plus tard, elle remonte avec ces éclatants objets du désir. Eclatants parce que métallisés. Du désir parce que le petit talon de 3cm est idéal et qu’elles vont aussi bien avec un jean qu’une robe. J’ai craqué. Evidemment.

 

Sandales MelEt puis j’ai remis ça. Avec de jolies sandales en plastique. Comme quand j’étais petite. Et en plus elles sentent comme ma Charlotte aux Fraises (la poupée – qui, à son âge, ne sent plus grand-chose -, pas le gâteau). Nostalgie, quand tu nous tiens…

Mais je me suis arrêtée là, hein !

Bon, sinon, je me dois de vous faire passer une petite info qui pourrait intéresser les fashionistas qui aiment partager leurs bons plans. Une nouvelle application (gratuite de surcroît) vous permet désormais de partager vos trouvailles avec la terre entière (ou juste vos amis, hein, tout dépend de combien vous en avez). Ca s’appelle Yakatag et c’est le “premier service de social e-shopping mobile”. E Vous voyez Foursquare ? Non ? Alors on va faire simple : vous trouvez ZE paire de chaussures dans une boutique. Vous la prenez en photo avec votre smartphone, vous ajoutez les infos (référence, prix…) et grâce à la géolocalisation le modèle en question se retrouve sur la carte. Fini le coup de fil aux trente copines. Maintenant elles ont toutes les infos en direct. De là à dire qu’on va être fliquées lors de nos virées shopping (imaginez que votre banquier ait accès à vos infos, z’êtes grillée !)… il n’y a qu’un pas !

Partager cet article
Repost0