Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Welcome

  • : Absolute Trendsetter
  • Absolute Trendsetter
  • : Variations d'une trendsetteuse parisienne qui parle de la mode, des tendances, de l'actu, de ce qui fera ou ne fera pas les tendances de demain
  • Contact

Recherche

29 novembre 2012 4 29 /11 /novembre /2012 12:05

Aujourd’hui c’est gros, très gros, coup de gueule. D’une part contre notre ministre de la Santé qui nous vend littéralement aux mutuelles, d’autre part contre les journalistes qui ne mouftent pas. Commençons par les journalistes. Toujours décriés par la droite qui dénonce leur penchant à gauche (en même temps, chacun sa façon de pensée), ils couvrent aujourd’hui le gouvernement en “oubliant” de parler des réelles raisons de la grogne des médecins. Pourquoi ? Parce que le gouvernement de Sarkozy avait supprimé une niche fiscale qui leur était réservée et que François Hollande veut la réinstaurer. Alors évidemment, on ne mord pas la main qui vous nourrit. CQFD : tous des vendus !

Passons maintenant à ce qui nous concerne directement : le sort des médecins et, par extension, le nôtre. Alors voilà : Marisol Touraine veut supprimer les dépassements d’honoraires. Tout simplement. Tu m’étonnes qu’elle ait été reçue comme une reine par les mutuelles qui, aujourd’hui, prennent en charge ces fameux dépassements. Mutuelles qu’au passage on paie…

Bref, ce qu’elle nous prépare, c’est un dépassement 0 d’ici à 2016. Pas glop sachant que je ne connais pas beaucoup de spécialistes qui pratiquent le tarif de la sécu, et pour cause…

Explication de la raison des dépassements d’honoraires dans la vidéo - certes un peu longue mais très instructive - ci-dessous (parce qu’il faudrait peut-être penser à arrêter de diaboliser les médecins). Depuis le début des années 90 (voire plus tôt pour certains soins), les tarifs de la sécu n’ont pas augmenté. Or, tout a augmenté : les salaires (des assistantes, des infirmières…), les loyers (je ne vous fais pas de dessin sur la courbe des prix de l’immobilier), l’électricité, les charges, les assurances (tiens, les mutuelles aussi, c’est marrant), etc. Mais les tarifs de la sécu sont restés rigoureusement les mêmes.

Donc un médecin qui a plus de charges (voir plus haut : pour payer son assistante, son bloc quand il s’agit d’un chirurgien, le loyer de son cabinet, le matériel…) devrait, lui, ne pas être augmenté. Ben tiens. Et moi je vais demander le même salaire que mes parents dans les années 70, on verra comment je m’en sors. Pire : un grand ponte qui a fait de longues études lui aussi (pour rappel, les médecins enchaînent des études longues, très longues, des formations tout au long de leur carrière pour rester au top - et ça aussi ça a un prix - avec des gardes monstrueuses payées des clopinettes), Frédéric Van Roekeghem, l'actuel directeur de la sécu (polytechnicien de son état), a réussi à sortir l’ineptie du siècle : si on payait les médecins plus de 23 euros, il passeraient trop de temps avec leurs patients. Ben oui, c’est bien connu : ton médecin il aime bien passer du temps avec toi, ça l’amuse, et c’est pour ça qu’il aimerait être payé plus, pas parce qu’il fait des horaires de chien pour s’occuper correctement de ses patients.

Petite anecdote pour la route : ma généraliste, une vraie de vraie, passionnée par son métier (sinon, je ne comprends pas comment elle survivrait à son rythme de dingue), passe en moyenne trois quarts d’heure avec ses patients. Certains pensent certainement que c’est trop, mais le fait est que ses patients attendent parfois jusqu’à  2h45 dans sa salle d’attente pour être soignés par elle. Oui, 2h45 !!! (c’est du vécu) tout ça parce qu’elle est efficace. Mais alors, me direz-vous, pourquoi ne prend-elle pas des rendez-vous plus espacés ? La réponse est simple : parce qu’elle n’en a pas le droit. Une consultation, c’est 20 minutes, dixit la sécu. Ce même médecin reste parfois à son cabinet jusqu’à 1h du matin (le plus souvent c’est aux alentours de 22h-23h). Alors qu’elle a un fils. Alors qu’elle habite en banlieue. Et pourtant elle ne prend que 23 euros. Vous commencez à comprendre pourquoi elle mériterait de gagner plus ?

Reprenons : un médecin, une fois toutes les charges payées, s’il se base sur le tarif de la sécu, risque fort d’en être de sa poche. Vous travailleriez comme un forcené pour rien, vous ? Non ? Et bien voilà pourquoi ils descendent dans la rue et se rebiffent. D’autres pensent à s’expatrier. Après la fuite des grands patrons et des stars, voici venu le temps de la fuite des médecins. Et ça c’est vraiment grave, parce qu’à ce rythme-là, bientôt, on n’aura plus que les branquignoles pour nous soigner. Ca donne envie, non ?

Les plus riches iront donc se faire soigner à l’étranger. Les autres se démerderont avec des délais d’attente à rallonge (ben oui, puisque de toute façon pour être remboursé on nous imposera à tous les mêmes médecins). Et que dire des spécialistes avec lesquels on a besoin d’une vraie relation de confiance ? Les femmes devront faire appel à des gynécos qu’elles ne connaissent pas, alors que la relation à ce médecin est très particulière. L’ophtalmo qui vous suit depuis des années ? Il ne sera plus là. Vous irez à l’hôpital dans 5 mois. Une conjonctivite ? Pas grave, un généraliste vous prescrira un traitement générique pas forcément adapté, mais généralement approuvé.

Parce que c’est aussi ça qui nous attends : une médecine globale pour tous. Tous avec le même traitement (ce sont les labos qui peuvent se frotter les mains), pas de cas particulier. Bonheur ! Et on dit que les américains sont plus mal lotis que nous ? Voilà qui risque de ne pas durer. C’est ce que dénonce le docteur Arielle Salon, chirurgien de la main, libéral et hospitalier à Paris, membre du Collectif Blouses Blanches en Colère dans une lettre à Marisol Touraine. Elle qui la connaît bien n’y est pas allée de main morte pour lui expliquer qu’elle est complètement à côté de la plaque.

Parce que cette situation révoltante n’est pas médiatisée, c’est à nous de faire passer le message. Pour que les français ne croient pas que les médecins sont tous de riches connards. Leur salaire, ils l’ont mérité, ils ont travaillé dur - et continuent - pour nous offrir des soins de qualité. Personnellement, je n’ai pas envie de me retrouver avec la lie de la médecine pour me soigner quand tous les meilleurs se seront barrés. REAGISSEZ !!!

NB : la vidéo ci-dessus a été censurée par YouTube. Belle preuve du droit d’expression à la française..!

Repost 0
Published by Sasha - dans Coups de Gueule
commenter cet article
21 novembre 2012 3 21 /11 /novembre /2012 16:22

Pôle emploiRetour des galères de la trentenaire. Et aujourd’hui on parle de Pôle Emploi. Pôle Emploi, pour ceux qui ont la chance de ne pas connaître, c’est cet organisme qui regroupe tous les “services” pour les demandeurs d’emploi. Je m’explique : tu veux t’inscrire suite à un licenciement ? Tu vas chez Pôle Emploi. Tu veux demander à percevoir ton chômage ? Tu vas chez Pôle Emploi. Tu as besoin d’une carte de demandeur d’emploi ? Tu vas chez…

Bref, notre ami PE est là pour tout. Son objectif premier ? T’aider (humpf !) à retrouver du travail rapidement, éventuellement t’aider à monter ta boîte. Dans les faits, ce n’est pas si simple, bien au contraire…

Cas pratique : moi ! Alors voilà : après plus de deux ans de bons et loyaux services à une boîte qui a fait faillite, je me retrouve sans travail. Jusque-là, rien de bien extraordinaire. Sauf que, pendant tout ce temps, j’étais auto-entrepreneur. Ben oui : ça met du beurre dans les épinards. mais ça, PE s’en fout. Pour PE, tout ce qui compte c’est ton salaire. En revanche, quand tu vas t’inscrire, PE te demande si tu travailles. Et si tu es auto-entrepreneur, gare..!

Parce que, d’abord, on te demande des tonnes de justificatifs. Quitte à te renvoyer ton dossier d’inscription complet parce que la gentille dame qui t’a reçu a oublié de cocher des cases (si, si !) et de te demander des justificatifs supplémentaires. Note que dans le descriptif des pièces à apporter, ces papiers n’apparaissent pas, mais qu’en revanche on t’a dit que ceux dont tu avais apporté les copies n’étaient pas nécessaires. => PE fait marcher les petits commerces en te faisant faire des copies inutiles alors que, rappelle-toi, tu n’as plus de salaire.

Passons au cas auto-entrepreneur. Déjà, sache qu’une partie (non conséquente) de ce que tu gagnes en tant qu’auto-entrepreneur sera déduite de tes ASSEDIC. Et oui, même si tu étais déjà auto-entrepreneur en étant salarié. Donc au final, tu vas bosser plus pour gagner limite moins qu’avec ton chômage et faire baisser tes revenus totaux de plus de 50%. => PE t’indique que, finalement, tu ferais mieux de passer tes journées à regarder la télé plutôt que d’essayer de gagner un peu de sous.

Maintenant, les démarches. Tu prends rdv, tu te pointes à l’heure, tu discutes avec la dame qui te regarde avec de gros yeux quand tu lui annonces le salaire que tu demandes, et en même temps tu lui dis que tu t’en fous parce que tu veux monter ta boîte. Là, regard effaré de la dame : monter une boîte ?!?!? “Euh, faut que j’aille demander à ma collègue parce que moi je sais pas”. => PE : ton conseiller pour l’avenir.

Tu finis par rentrer chez toi avec l’assurance qu’on t’enverra les papiers à ton domicile (ben oui, l’imprimante ne fonctionne pas). Une semaine après, alors que tu attends ta jolie carte qui te permettra (c’est déjà ça) d’avoir des réductions pour les musées, tu reçois ton dossier avec un formulaire à remplir où rien n’est rempli : as-tu gagné des sous durant le mois de … ou durant le trimestre allant de … à … ? Bonne question. Pourriez-vous préciser ? => PE ou comment gagner du temps avant de te donner un coup de pouce.

Au final : tu perds le temps que tu pourrais passer à gagner ta vie dans des démarches inutiles puisque, finalement, il va te rester trois kopecks étant donné que tu essaies de gagner un peu ta vie. Pendant ce temps-là, des mecs et des nanas se tournent les pouces en touchant leurs allocs. Et tu sais quoi ? Au final, ils gagnent plus que toi !

Repost 0
15 novembre 2012 4 15 /11 /novembre /2012 17:48

Jupe bleu marine LacosteUne jupe bleu marine, mon père m’en avait offert une quand j’avais 10 ans. Elle était plissée. Elle était classique. Elle faisait très sage. Ca m’avait vacciné et jamais, depuis, je n’avais remis les fesses dans une jupe bleu marine. En plus, quelle fille saine d’esprit se la joue écolière passés 20 ans ?

Et puis mon regard l’a croisée. J’étais chez Lacoste pour m’offrir ce beau legging repéré dans les pages des magazines. Vous savez, celui qui n’existe pas… Pendant que les vendeurs se renseignaient, je me suis baladée dans les rayons - oui, c’est ce que font les filles dans les boutiques : on n’attend pas sagement à la caisse que le vendeur ait trouvé l’info - et je l’ai vue.

Une petite jupe patineuse, à l’air franchement sorti d’un manga pour japonais lubrique. Tout à fait l’inverse de l’esprit Lacoste, mais que voulez-vous : chacun ses références, et les miennes ne sont visiblement pas les mêmes que celles de du styliste maison. La peur de finir dans la peau de Sailor Moon ne m’arrêtant pas, je suis repartie sans legging, mais avec une jupe bleu marine.

Ca, c’était pour la petite histoire. Passons maintenant aux choses sérieuses : comment porter la jupe bleu marine sans tomber dans l’effet grenouille de bénitier ou le syndrome socquettes blanches / culotte apparente (oui, ça c’est la culture manga qui ressort, travers personnel) ?

Premier commandement : on oublie les ballerines plates. Parce que l’équation jupe bleu marine + ballerines plates (ou mocassins, c’est même pire) = je sors de la messe et je n’assume pas de porter une jupe au-dessus du genou avec des talons de peur de sombrer dans la décadence (court, c’est déjà beaucoup pour moi !). On choisit donc de jolies chaussures à talon, voire des bottes.

Second commandement : on joue la carte du duo bleu et blanc mais on oublie la chemise. On opte plutôt pour un pull échancré sur les épaules que  décolleté (rapport à la longueur de la jupe) ou alors un top un peu tendance. Attention : pas de blouse ou de polo (même s’ils aiment ça, chez Lacoste), ça ferait cucul la praline (il fallait bien que je la sorte un jour, celle-là) !

Troisième commandement : on accessoirise. Un chouette sautoir, une bague voyante… On met le paquet sur ces petits détails qui vont changer le look un peu soft. La jupe bleu marine, il faut la déranger pour qu’elle prenne tout son sens mode.

Au final, on plaira aux modeuses, qui trouveront le décalage original, et à belle-maman, qui verra en nous la bru idéale. Bon, après, elle n’a pas besoin de savoir qu’à la maison vous faites péter le porte-jarretelles..!

Repost 0
13 novembre 2012 2 13 /11 /novembre /2012 19:44

Platine vinyleNon, il ne s’agit pas là d’une ode à la blonde incendiaire version ultra claire. Il s’agit plutôt d’une tendance lourde qui ne fait que s’appesantir davantage. On a d’abord cru à un micro-retour, une de ces tendances réservées aux happy few qui ne savent plus trop comment dépenser leur argent et décident d’un seul coup d’un seul de se la jouer vintage - mais avec du neuf -, le genre old school qui sait que le moderne a ses limites et que les années 80 sont le berceau de tout ce qui s’est fait de mieux (arf !).

Bref, après la vague des Polaroid nouvelle génération - qui n’a jamais vraiment décollé, puisque l’intérêt majeur du Pola était de pouvoir prendre des photos olé olé sans avoir à les laisser aux yeux vicieux du mec du labo qui les développe -, c’est une certitude : la platine vinyle est un objet culte. Et, pour ceux qui, comme moi, l’ont bazardée avec l’avènement du CD (mais qui ont conservé leurs disques - probablement une intuition de tendance majeure), le marché, loin de se tarir, se développe.

Prenons un exemple fort simple : l’année dernière, dans les vitrines de cette vénérable institution qu’est le Conran Shop, qu’y avait-il ? Une platine. Rouge laquée. Un objet du désir comme on en fait peu depuis que le tout dernier iPhone se retrouve sur eBay à peine un mois après sa sortie. Non, la platine, c’est une histoire à part, empreinte de nostalgie et de tendresse, rapport à ce vieux disque de Goldorak ou cet autre de Maya l’abeille, rescapés de justesse du dernier vide-grenier.

Aujourd’hui, on aime ce son qui craque, garantie d’un charme que la haute fidélité ne saurait détrôner. On aime entendre le bras se relever à la fin du disque, ces grésillements qui, loin de dénaturer le morceau, lui apportent une atmosphère unique. On en trouve même qui transforme le son vintage en mp3, si ça c’est pas la classe ! Bref : la platine vinyle, c’est l’objet que tout trendsetter se doit d’avoir dans son salon, sous peine de manquement fatal.

Repost 0
6 novembre 2012 2 06 /11 /novembre /2012 12:20

Friends-Swag-2012.11_.1_Friends, c’est la série qui vous a accompagné durant des années. Les six new-yorkais aussi drôles que touchants, la bande de copains dont on rêverait… Mais voilà : Friends c’est fini depuis longtemps déjà et les chaînes françaises ont la fâcheuse habitude de rediffuser les épisodes sans aucune suite logique en mélangeant les saisons, alors… On a laissé nos friends de côté…

Sauf que… Warner Bros sort un coffret réunissant l’intégrale de Friends en Blu-ray ! Et tout ça à peine un mois et demi avant Noël, ce qui nous laisse tout le temps de le mettre sur notre liste avant de l’envoyer à qui de droit.

Pour cette occasion, voici un petit jeu-concours pour apporter un peu de Friends chez vous : deux tasses à cappuccino, le fameux cadre qui orne la porte de Monica, le tout dans un pack en série limité. C’est pour vous si vous jouez durant tout le mois de novembre.

Chaque jeudi, revenez par ici et lancez le lecteur qui vous instillera une bonne dose de Friends dans des compilations spéciales débloquées chaque semaine. Ca pourrait bien vous inspirer. Et pour remporter le pack, lancez-vous dans le grand challenge et faites le test pour savoir à quel personnage de la série vous ressemblez le plus. Publiez le résultat en commentaire et expliquez si c’est le résultat que vous attendiez. Faites preuve d’humour, le meilleur d’entre vous remportera le pack. En cas d’ex-aequo, c’est celui (ou celle) qui aura gagné le plus de badges qui l’emportera.

Alors, êtes-vous un vrai Friends-addict ?

Concours réservé aux personnes habitant en France métropolitaine.

Repost 0
5 novembre 2012 1 05 /11 /novembre /2012 13:43

Legging LacosteCette saison, Lacoste a fait fort avec de superbes silhouettes qui donnent envie d’aller en boutique. Vous me direz : les pubs, c’est fait pour ça. Mais voilà : la face cachée de la pub Lacoste, c’est que les vêtements n’existent pas ; vous pouvez toujours courir pour les trouver en boutique ou sur la webshop : ils n’ont été créés que pour la pub, pas pour vous.

C’est le cas de ce legging bleu et noir dont je vous parlais ici. Première déception à la boutique : il s’agit non pas d’un legging, mais d’une combinaison. Soit, les stylistes made in Lacoste ne peuvent pas voir tout bon. C’est regrettable, mais tout à fait excusable. Ce qui l’est beaucoup moins, c’est que ladite combinaison n’existe pas; il s’agit uniquement d’un prototype non commercialisé, créé uniquement dans le but de vous faire saliver.

Ah !

Donc chez Lacoste, le service communication estime que la collection réelle ne vaut pas la peine qu’on la montre et qu’il vaut mieux diffuser des images de chimères… C’est pas joli-joli, tout ça…

Donc pour résumer, l’équipe marketing Lacoste pourrait aussi nous dire : “regardez comme nos vêtements sont beaux. Vous les aimez ? Et bien ils ne sont pas pour vous !”

C’est bien ça, de la publicité mensongère, non ? Montrer des choses qui n’existent pas…

Repost 0
Published by Sasha - dans Coups de Gueule
commenter cet article
2 novembre 2012 5 02 /11 /novembre /2012 12:42

Pendant des années, on ne pouvait concevoir d’associer le bleu marine et le noir. Hérésie fashion, le duo maudit trahissait une ignorance mode totale, un mauvais goût notoire, un “à côté de la plaque” à ne surtout pas copier. Les goûts et les couleurs changent… Et cette année, non seulement le couple marine/ noir a gagné en crédibilité, mais il s’est carrément imposé comme le grand champion de nos vestiaires.

On le trouve partout : jupes, robes, leggings et chaussures l’ont adopté à l’unisson et les créateurs n’arrêtent plus de jouer la carte du duo à la pointe de la tendance. Plus de restriction : on porte ce top noir avec un jean brut, on craque pour la robe bicolore, on ne laisse plus son sac marine au placard jusqu’à l’été, mais on cherche justement l’association à tout bout de champ.

Petite sélection :

La jupe The Kooples (oui, encore elle) :
Jupe bicolore The Kooples

Le legging Lacoste :
Legging Lacoste

 

 

 

(bon, ok, ce n’est pas tout à fait du bleu marine, mais quand même…)

La robe Maje :
Robe bleue et noire Maje

Le sac bowling Zara :
Sac bowling Zara

Veste bi-matière Zapa :
Veste bi-matière Zapa

Les escarpins Stuart Weitzman :Escarpins Stuart Weitzman marine et noir

Repost 0
29 octobre 2012 1 29 /10 /octobre /2012 11:07

Il y a des saisons pour tout : pour la robe col Claudine (sic !), pour le slim en cuir, pour la robe pull… Cette saison, c’est la jupe qui l’emporte. La jupe en version courte, la jupe en version classe, la jupe en version bicolore ou bi-matière, la jupe patineuse… Pour le travail ou pour sortir, les femmes de l’hiver 2012-2013 vont montrer leurs gambettes et faire tourner les têtes. Ce sont les hommes qui vont aimer !

Pour ne vous planter, suivez le guide :

Jupe bicolore The Kooples1. on choisit une jupe classe : pas la mini-mini piquée à sa sœur de 14 ans (fonctionne aussi avec la petit cousine, voire une fille ado). Courte, mais pas version ceinture. Le modèle qui claque ? Cette petite jupe The Kooples (oui, ça y est, j’ai craqué et investi dans une pièce de cette marque a priori dédiée aux tailles 36 et moins). Bicolore, bleu marine et noire, elle se fait sport avec un pull lâche, plus élégante avec un petit haut moulant. Le bon achat à ne pas louper.

Jupe patchwork Maje2. on aime le patchwork : exit le lisse, l’over-simple, le plat. Cette année, on mise sur le patchwork et les pièces design. Chez Maje, la petite jupe grise est même déclinée en robe pour celles qui veulent se lancer. Du gris, du noir, des matières différentes. Elle a tout pour plaire !

 

Jupe bi-matière The Kooples3. on donne dans le technique : retour vers The Kooples (c’est bien la première fois que je suis convaincue par leur collection). La jupe d’inspiration patineuse mais pas trop (on a quand même - un peu - passé l’âge), porte-feuille mais pas vraiment, avec du néoprène dedans (qui a découpé ma combi de plongée ???) se place en tête des coups de cœur.

Evidemment, les jolies jupe sont légion et Zara, Mango et Topshop en proposent de très sympas à des prix tout à fait abordables (attention : chez Topshop, la petite jupe patineuse gansée cuir n’est pas loin de la rupture de stock). Il ne reste plus qu’à trouver les chaussures qui sublimeront la silhouette…

Repost 0
15 octobre 2012 1 15 /10 /octobre /2012 22:50

DVD Dark ShadowsIl y a peu, je vous parlais d’un film coup de cœur : Dark Shadows avec, entre autres, Johnny Depp, muse de Tim Burton. Et bien voilà :après le succès en salle, le film sort en DVD. Chose que je ne relève généralement pas (je considère que si vous avez aimé le film, vous irez d’office acheter le DVD), mais qui donne lieu cette fois-ci à un petit jeu-concoure qui vous permettra de gagner un combo Blu Ray - là, je sens que ça vous intéresse, tout à coup…

On va faire simple, parce que le but n’est pas de vous entraîner dans un casse-tête invraisemblable alors que vous devriez être en train de bosser plutôt que de lire ce blog (oui, je vois tout). Pour participer, il vous suffit de faire un like sur l’article (jusque-là, normalement, pas de souci) et de me décrire votre déguisement idéal pour Halloween (et oui : la période et le thème du film s’y prêtent). Easy!

Vous avez jusqu’au 27 octobre minuit (heure française) pour jouer et j’annoncerai les résultats avant la fin du mois. Petite précision : il faut habiter en France métropolitaine pour participer. Je pense avoir tout dit et vous invite à découvrir l’appli dès à présent. Enjoy..!

Repost 0
9 octobre 2012 2 09 /10 /octobre /2012 17:28

Ah, le cashmere, le pull dans lequel on aime se lover l’hiver, celui qu’on enfile dès qu’il fait gris et que l’humidité nous menace… Oui, le cashmere, c’est le pull qu’on aime avoir en noir, en bleu, en gris ou alors en couleurs flashy pour réveiller les journées moroses. Mais voilà : le cashmere a un prix, et pas n’importe lequel. On aura beau regarder ce magnifique Bompard en attendant les soldes, il ne sera jamais bon marché.

Mais alors quoi ? on vide notre compte en se disant que c’est pour la bonne cause ? C’est une option. Une autre serait de filer chez Monoprix. Pourquoi ?Parce que même s’ils ne sont pas aussi stylés que des Zadig & Voltaire, les cashmere Autre Ton sont jolis, avec un chouette col V comme on aime, qu’il y a aussi des cardigans et que… que… qu’ils sont à 69 euros jusqu’au 14 octobre. Alors oui, on file chez Monoprix et on craque pour du classique ou du vitaminé.

IMG_0874

Le rouge pulse sévère, le rose n’est pas tendre du tout et le marron glacé vous fera craquer… Mais il y a aussi du noir, du gris, du bleu marine, de l’écru, du bleu ciel, du beige, de l’orange ou encore du… jaune. Vous me direz : chacun ses goûts…

Et la bonne nouvelle, si vous n’en trouvez plus dans votre Monop’, c’est qu’il y en a sur le site !

Repost 0