Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Welcome

  • : Absolute Trendsetter
  • Absolute Trendsetter
  • : Variations d'une trendsetteuse parisienne qui parle de la mode, des tendances, de l'actu, de ce qui fera ou ne fera pas les tendances de demain
  • Contact

Recherche

17 juin 2008 2 17 /06 /juin /2008 13:17
Des concerts du tonnerre, des cocktails justement dosés, des en-cas simples mais sui calent juste ce qu'il faut... Idéal pour une soirée sans prise de tête, dès la sortie du bureau. Et happy hour jusqu'à 23h..!
Repost 0
Published by - dans nomao
commenter cet article
11 juin 2008 3 11 /06 /juin /2008 12:01
Enfin un petit café sympa et tendance dans la quartier! Ca manquait, l'équipe du Signal l'a fait. Une déco recherchée, une ambiance lumineuse changeante qui donne un petit côté très lounge, et surtout, SURTOUT, des petites attentions qui font toute la différence.
Repost 0
Published by - dans nomao
commenter cet article
11 juin 2008 3 11 /06 /juin /2008 11:52
Ambiance fort sympatique dans ce petit restaurant de la Butte aux cailles. Arrivées par hasard, nous avons passé une super soirée. Dommage que le tiramisu ne soit pas plus crèmeux. Pour le reste, des antipasti à la panna cotta en passant par la pasta et les rouleaux de eau, rien à redire.
Repost 0
Published by - dans nomao
commenter cet article
28 mai 2008 3 28 /05 /mai /2008 15:15

15h, et je suis en train de m'avaler un McDo (ce que je n'ai pas fait depuis près d'un an) acheté en vitesse en sortant de l'avant-première de Superhero Movie, une parodie des films tirés de comics. En bonne fan du genre, je ne pouvais pas ne pas y aller, d'autant plus que c'était la dernière projection (y a pas idée de faire des avant-première les veilles de longs week-ends..!), et j'ai sacrifié ma pause déj pour m'installer confortablement dans une salle obscure alors qu'un rayon de soleil me chauffait les épaules.

Le pitch: lors d'une sortie avec sa classe, notre héro, un ado qui se fait allègrement marcher sur les pieds par le footeux du lycée, déclenche une réaction en chaîne qui aboutit à une piqûre de libellule génétiquement modifiée (attention, Monsanto n'est pas loin). Comme on s'en doute, il va subir quelques modifications lui-même et se découvrir des supers pouvoirs. Le méchant, lui, est à la tête d'un labo de recherche, et c'est en créant une machine censée guérir tous les maux qu'il va aussi subir une modification de son ADN: il sera guéri d'une maladie incurable à condition de puiser son énergie vitale chez d'autres humains (qui mourront, bien sûr). Aspirant à l'immortalité, il doit tuer des milliers de personnes. Forcément, et oui, il va trouver notre super héro en travers de sa route.

Tous les clichés sont utilisés, les Superman, Spiderman, X-Men et consorts parodiés, il y a une jolie voisine dont notre héro gaffeur (ah, j'avais oublié de vous prévenir qu'il n'en loupe pas une, mais alors vraiment pas une?!?!) est follement épris et qui sort avec le footballeur du coin, un super pote de lose qui rêve de célébrité, un oncle qui ne pense qu'au sexe (en même temps, c'est Leslie Nielsen), et Pamela Anderson fait une apparition très (peu) remarquée.

Mais alors, qu'y a-t-il dans ce film? Et bien, à ma grande surprise, quelques bonnes blagues (si, si, quelques), mais surtout, surtout, le second degré. Parce qu'il ne faut surtout pas aller voir ce film sérieusement, que non..! C'est un peu un Scary Movie version super héro (ce sont d'ailleurs les mêmes qui sont à l'origine di projet). On y trouve de faux sosies et de faux effets spéciaux, ainsi que des images tellement fake qu'on ne peut qu'en sourire (j'adore le mur qui bouge quand le héro démoli la tête d'un méchant dessus). Le must étant l'interview d'un Tom Cruise qui n'a même pas les yeux bleus et annonce en se marrant que le super héro ne peut pas en être un puisqu'il ne sait pas voler alors que lui peut...

Verdict: à mille lieues des sempiternels Y a-t-il un flic pour..., version super héro que je redoutais étant donnée la particicpation de Leslie Nielsen, j'ai, je l'avoue, passé un bon moment. Alors ok, je suis bon public. Et ok, je suis fatiguée en ce moment et donc il ne faut pas trop en demander à mon pauvre esprit, et surtout pas de réfléchir sur un scenario trop compliqué. Au même titre qu'on n'espère pas dénicher une robe haute couture en allant fouiner chez Zara, Superhero Movie n'a rien  un film inoubliable, mais c'est loin d'être le pire que j'aie vu. Je confirme cependant qu'il peut bien attendre la fête du cinéma parce que payer une place plein pot serait superflu.

Dans les salles le 4 juin

Repost 0
23 mai 2008 5 23 /05 /mai /2008 14:05

Escapade à la parapharmacie sur le coup de 17h, l'heure de pointe des femmes qui sortent tôt du bureau. Ca ne loupe pas, et les rayons de crèmes aminicssantes et autres diurétiques, "anti-cellulite" et produits miracles sont bondés. On se croirait presque dans le métro, la guerre à la place assise étant ici remplacée par la guerre aux gélules dernière génération. Sur le moment, je me laisserais volontiers tenter par une poudre magique à mettre dans ma bouteille d'eau, mais en y réfléchissant bien...

Avec une moyenne de 40 euros par mois, soit plus d'un euro par jour, on nous promet monts et merveilles, et que celle qui n'a jamais succombé à l'attrait d'une promesse de kilos en moins me jette la première pierre. Je me suis lancée, à des périodes différentes, dans tout ce qui se compte de régimes miracles et produits stars. Des premières crèmes amincissantes il y a... pfiou... je ne veux même pas le savoir, aux dernières-nées des laboratoires en vogue, en passant par les diètes protéinées et les gélules à prendre en début, milieu ou fin de repas, je pense pouvoir honnêtement dire que j'ai à peu près tout testé.

Et c'est là que l'absurdité de mon comportement me saute aux yeux. Combien ces entreprises farfelues m'ont-elles coûté au total, et surtout, pour quel résultat? Sommes-nous toujours insatisfaites, à persister dans nos travers, ou bien tous ces produits ne sont-ils donc que des doudous modernes, nous rassurant sur ce qui nous attend, sur notre capacité à contrôler notre corps? Parce que soit ça fonctionne, auquel cas je ne comprends pas qu'on continue à les acheter, soit ils ne servent à rien, et alors pour quelle raison douteuse nous évertuons-nous à dépenser nos deniers pour du vent?

Le poids financier du marché de l'amaigrissement est en augmentation constante, comme si nos kilos envolés l'engraissaient. C'est un nouveau principe des vases communiquants. Le monde occidental échange ses kilos contre du rêve hors de prix. A côté de ça, les émeutes de la faim se poursuivent. Des millions de personnes crèvent de faim dans le monde, 18 000 enfants meurent chaque jour le ventre vide, et nous ne pensons qu'à perdre ces trois kilos superflus qui nous empêchent de rentrer dans un jean à 300 euros. Ironie du sort. Avec 300 euros, combien d'enfants peut-on sauver? Avec le budget annuel "amincissement" d'un ménage, combien de familles pourraient survivre?

Le monde ne tourne décidément plus rond. Nous payons pour ne pas grossir quand d'autres meurent de ne pas avoir le minimum vital. Des millions (milliards) sont dépensés chaque année en cures, massages, crèmes, gélules, tisanes, concoctions, etc. sans parler du développemnt et de la recherche, et nous nous insurgeons devant des images de petits ventres gonflés de vide. Nous surconsommons en affamant des pays producteurs qui n'ont plus de quoi nourrir leurs habitants, nous bouffons la planète en vomissant en cachette, nous culpabilisons d'avoir pris un dessert en dépensant une fortune pour l'éliminer...

Quel serait le poids (réel) rendu à ces gens qui meurent chaque jour et souffrent de malnutrition si au lieu d'essayer de perdre les conséquences de notre consommation abusive nous leur versions le prix de notre culpabilité? Serait-il possible d'échanger nos actes de déculpabilistaion contre la survie d'un enfant du bout du monde ou du bout de la rue? Aurons-nous un jour le courage de consommer intelligemment, sans crainte de manque, et de reverser la différence à ceux qui en ont besoin? Loin de m'inscrire dans un mouvement politique quelconque, je me demande simplement comment on peut sciemment se gaver, payer pour perdre quelques grammes, et laisser mourir ceux qui se contenteraient de nos restes.

La trend-setteuse réagit à retardement sur un article paru dans le Elle, entre les pages beauté et un article sur "Sex & the City", article mettant en lumière les incohérences d'un monde bipolaire. Il ne s'agit plus de pays industrialisés ou en voie de développement, mais bien d'une société globale partagée entre les crève-la-faim et les bien nourris, entre ceux qui tentent de survivre et ceux qui se vautrent dans l'abondance, en le regrettant aussitôt. Et si on diminuait ne serait-ce que d'un pour cent notre consommation de bouffe, si on renonçait à ce produit miracle et qu'on envoyait l'argent à Action contre la faim, notre vie en serait-elle moins belle? En tout cas, elle le serait certainement plus pour quelqu'un...

Repost 0
20 mai 2008 2 20 /05 /mai /2008 16:47

Vous l'aurez peut-être remarqué: il y a du nouveau sur ce blog: une belle carte avec toutes mes adresses préférées, à Paris, mais aussi ailleurs, parce que trend-setteuse rime parfois avec voyageuse (à défaut de jet-setteuse, bien que...). Et j'en profite donc pour vous présenter ce petit site qui monte, qui monte... Pour une fois que c'est l'abeille et pas l'araignée..!
Ok, pour comprendre ce jeu de mots, il faut aller faire un tour sur Nomao. C'est un site de référencement de lieux et d'événements qui localise tout sur une google map. Pas mal, non? Concrètement, ça veut dire que quand je donne rendez-vous à mes amis dans un petit restaurant connu de moi seule, à une adresse improbable, il leur suffit de chercher le lieu (que, bien évidemment, j'ai déjà ajouté à ma liste) et ils auront la carte pour le situer.

Et ce n'est qu'un début, parce que moi, tête en l'air que je suis, je n'ai pas toujours l'adresse des restaurants confidentiels, ou du dernier bar dont on m'a parlé, dont je sais seulement qu'il est dans tel quartier, mais impossible de me souvenir où... Pas plus tard que le week-end dernier, j'ai passé plus d'une heure et demie à écumer les petits villages d'Italie pour trouver un restaurant où mes cousins m'avaient emmenée l'année dernière. Inutile de vous dire que, même si maintenant j'ai intégré le chemin, j'aurais été contente de réduire les 90 minutes de recherche aux 15 nécessaires pour m'y rendre.

Et c'est là que la magie Nomao vient changer ma vie: à partir de maintenant, je rentre toutes mes adresses sur ma page (enfin, juste celles que j'aime, parce que les autres je ne vois pas l'intérêt). Je peux même y ajouter des photos pour être certaine de reconnaître le lieu (ou pour que mes amis sachent dans quoi je les embarque). Et pour simplifier les choses encore plus, le site est accessible sur mon portable!

Le fin mot de cette histoire, c'est qu'à partir d'aujourd'hui, je partagerai avec vous mes petites adresses, des lieux plus ou moins connus: restaurants, bars, clubs, boutiques, spas... Ca m'évitera d'écrire un article à chaque fois (sauf en cas d'événement particulier, cela va de soi), et surtout ça pourra en aider certain(e)s dans leur recherche (on dîne où en sortant du ciné?).
C'est avec le plus grand plaisir que je vous invite à découvrir mon petit monde élargi et, si vous avez vous-même créé une page sur Nomao, à me faire découvrir le vôtre. (suffit de m'ajouter à vos amis - SashaLuna). Quoiqu'il en soit, j'espère que ce petit widget vous plaira autant qu'à moi et que les adresses d'une trend-setteuse deviendront vite les vôtres!

Repost 0
19 mai 2008 1 19 /05 /mai /2008 22:40

Vendredi dernier, je me suis décidée à passer une folle soirée, enchaînant les sorties et les styles. Mais les folles soirées ne se terminent pas toujours comme elles ont commencé et peuvent réserver de mauvaises surprises. Je n'irai pas jusqu'à accuser la Préfecture de Police de chercher à saper les sorties parisiennes, mais ce n'est pas loin, parce que, c'est vrai, elle avait drôlement bien commencé ma soirée...

Vendredi 16 avril: les Dood passent au Réservoir. Les Dood, c'est un groupe de funk absolument démentiel. Parce qu'ils ont le groove, parce qu'ils ont une présence incroyable sur scène, parce qu'avec eux on ne s'ennuie pas, parce qu'ils mettent une ambiance de folie où qu'ils jouent. Direction le Réservoir, quartier ingarable au possible, mais j'avais la foi. Coup de bol: une place de livraison abandonnée au milieu d'une rue aussi vide que promesses de notre président. Je me gare et file profiter du concert. Au retour, je récupère ma petite voiture direction Régine pour l'anniversaire d'un ami.

Ah, le quartier des Champs-Elysées le vendredi soir. La foule pressée sur les trottoirs depuis l'interdiction de fumer dans les clubs (YEEEESSSS!!!!), les embouteillages et la chasse à LA place pour se garer et aller danser quelques heures. Re-coup de bol: une livraison à deux pas de chez Régine (il y a des jours, comme ça...).

Ce n'est qu'en sortant que j'ai commencé à percevoir le mauvais côté d'une si bonne soirée. J'arrive à l'angle de la rue et qu'y a-t-il à la place de ma voiture? Un trou. Un trou béant entre la Smart et le scooter qui l'encadraient. C'est alors que je remarque le bazar inhabituel de la rue de Ponthieu: au méli-mélo de clubbeurs discutant en pleine rue s'ajoute l'activité ininterrompue des camions de la fourrière.

Ma voiture a donc fait partie des heureuses élues à l'enlèvement demandé de rigueur le week-end rue de Ponthieu. Car il faut le savoir: chaque vendredi et chaque samedi, inlassablement, à partir de 2 heures du matin, les forces de l'ordre s'agitent et glissent papillons et stickers de demande d'enlèvement sur les voitures garées sur les emplacements livraison, et celles-là seules.

Je traduis pour ceux qui n'auraient pas bien compris: UNIQUEMENT les véhicules garés sur les emplacements livraison, à l'exception des potes des charmantes contractuelles de sortie. Oui, parce que:
1. la Smart, déjà garée devant moi à mon arrivée, n'a pas reçu son joli sticker et n'a donc pas été emmenée, alors qu'elle était elle aussi sur une livraison, et qui plus est en bout de rue, donc plus facile à prendre;
2. les voitures garées à l'arrache en angle ou sur les passages cloutés, voire sur le mauvais côté de la rue, avaient été épargnées.

Vous imaginez bien mon humeur et le vocabulaire que j'ai pu utiliser concernant ces enfoirés de biiiiiiiip, biiiiiiiip, biiiiiiiiiip qui s'amusent à foutre en l'air la soirée de gens qui sortent pour se changer les idées après une dure semaine de labeur. Parce que sachant que les livraisons sont interdites entre 22h et 6h, et que de toute façon, tous les commerces sont fermés, j'aimerais bien savoir qui je dérangeais, moi, sur ma place de livraison, sans dépasser ni sur une place réservée aux handicapés, ni sur les clous, ni sur quoi que ce soit.

C'est alors que le gentil monsieur sur qui j'ai passé mes nerfs en expliquant que "comment je fais, moi, pour rentrer, vu que mes clés de maison sont dans la voiture et que ma fortune se monte à 10 euros, comment je fais, hein, pour aller jusqu'à la porte de Saint-Ouen?" m'a dit que c'était lui le chef des enfoirés (aïe, la boulette!) et qu'un de ses gars pouvait nous emmener mon partenaire de galère (qui lui avait sa carte de crédit, ouf!), jusqu'à la fourrière. Et c'est là qu'il m'a aussi expliqué que les enfoirés ne font que prendre les voitures marquées par la police (les trois poufs, là-bas, qui n'ont tellement rien à faire le vendredi qu'elles remplissent les quotas).

Parce que quotas il y a..! Et non, ce n'est pas une légende... Donc, pour atteindre l'objectif, rien n'est laissé de côté, et ce sont les hauts lieux de la vie nocturne qui sont visés. Donc, bientôt, personne ne sortira plus dans le 8ème, de peur de finir la soirée porte de Saint-Ouen, et c'est tout un secteur d'activité qui sera en péril. Si, si!!! Moi je vous le dis. Mais ce n'est pas grave, parce qu'à 172 euros la soirée (fourrière: 137 euros, + l'amende à 35 euros), plus le taxi, il vaut mieux rester chez soi ou aller dans des quartiers moins touchés, chez les "pauvres". Qui a dit que le clubbing était universel?

J'ai fait le calcul, et à ce prix-là, je fais une méga fête à la maison, avec tous mes amis, champagne, foie gras et saumon fumé pour tout le monde. Et si on se met à trois-quatre, on peut limite se louer un bar. C'set un concept à lancer: se poster à la sortie de la fourrière, récupérer les contacts des malheureux qui se souviendront de leur soirée et leur proposer de cotiser, dès la semaine prochaine, pour organiser des contre-soirées dans des lieux préservés d'une volaille un peu trop zélée. Comment ça je deviens insultante? Faites vos comptes...

PS: un grand merci aux "chef des enfoirés" et à notre chauffeur improvisé qui nous ont économisé le taxi...
PPS: on a quand même eu un sacré fou-rire dans le camion au retour, à se prendre en photo pour prouver qu'on y était. Mieux vaut en rire qu'en pleurer ;-)

Repost 0
Published by Sasha - dans Coups de Gueule
commenter cet article
1 mai 2008 4 01 /05 /mai /2008 13:47

"En mai, fais ce qu'il te plaît"... Le mois de mai et ses journées à rallonge, le mois de mai et les petites robes légères, le mois de mai et l'insouciance, le mois de mai et ses ponts à sucession (qui, de nos jours, fait des semaines de plus de deux jours en mai?)... On s'attend à ce que la presse suive le mouvement et nous enchante de séries mode plus féériques les unes que les autres, romantiques en diable, avec un soupçon de légèreté adulescente. Que nenni! Revue de presse d'un mois de mai, 40 ans après...


Le plus optimiste? Glamour qui nous prouve que rien n'est impossible et pourrait presque reprendre le fameux slogan "prends tes rêves pour la réalité". On peut donc, au choix: courir le marathon, trouver un mec bien (et le garder), avoir un bébé ou encore s'accepter dans son corps ou se retrouver à l'autre bout du monde. Biba y met du sien avec un spécial chance, parce que la chance ça se provoque, ça ne tient pas du "coup de bol", et encore moins du karma, bon ou mauvais. Au menu: on booste ses atouts, on choisit un domaine de prédilection (amour, boulot, argent), on arrête de tout voir en noir et on met ses lunettes roses (optez pour les Wayfarer, c'est tendance) pour voir la vie du bon côté et arrêter net de se prendre la tête. Même Cosmopolitan se prête au jeu avec un "Ne rêvez plus vore vie, vivez vos rêves" en couverture. Le programme est alléchant.

On poursuit dans le conte de fées avec la success story de Reese Witherspoon, la blonde qui a la revanche souriante. On y découvre une fille moins superficielle qu'il n'y paraît, enthousiaste et revenue de sa rupture avec Ryan Phillippe. Un portrait autrement plus motivant que celui de Lou Doillon dans Marie Claire où on découvre une rebelle du 16, qui se perd en tentatives de justification de son côté bobo-branché-anticonformiste. J'ai toujours préféré Charlotte, mais c'est peut-être une question de génération: je suis plus Gérard Darel que Lee Cooper. Mais il ne faut pas oublier non plus Katherine Heigl, resplendissante en couverture de Cosmopolitan. Katherine Heigl, héroïne torturée de Grey's Anatomy, mais qui crevait déjà l'écran dans Virgin Suicides. Katherine Heigl, une grand fille saine, belle, normale, avec des formes, des qualités et des défauts, à l'affiche de 27 robes, une comédie romantique que les trenetnaires célibattantes vont adorer.

Côté mode, on nous fleurit, on nous colore, on nous tie & dye, on nous imprime pop. La mode est à la robe longue, très longue, aux couleurs vives, au revival seventies, aux fleurettes, à la transparence. Et bien si avec ça on ne s'en sort pas..! Au moins on a toutes une chance de trouver une tenue de saison. Et aux pieds? Des talons vertigineux, of course, pour allonger la silouhette perdue dans la longueur de la robe. Ou alors une sandale plate, si on est grande. Notez que la tendance robe longue n'est pas idéale pour les petites, qui, même avec dés talons, risquent de se retrouver tassées (voilà ma vengeance suite à un essayage de robe super craquante mais à laquelle il manquait 5 bons centimètres pour que je puisse la porter sans tirer dessus constamment pour cacher mes fesses, tandis que ma copine version mini peut la porter sans souci).

Sinon, dans Marie Claire, c'est spécial maillots... Hummm... avec un pic de température à 16°C au mois d'avril (non, j'exagère: le week-end dernier a été plutôt chouette: on avait presque oublié à quoi ressemble le printemps), on va attendre un peu, parce que là, autant je les trouve chouettes sur papier glacé, autant je n'ai pas la moindre envie d'aller en essayer, même dans une cabine surchauffée avec éclairage violent (pour faire penser au soleil..?). Alors, pour se changer les idées et se dire que finalement tout ne va pas si mal, on se plonge dans le Cosmopolitan avec un sujet sur les mères ados. De quoi relativiser: finalement, qu'est-ce qu'un printemps sans soleil face à une mère qui la rejoue mai 68, avec envie de liberté et de "s'éclater".

Quant aux hommes du mois, aaaah les hommes du mois. Marie Claire nous parle de George Clooney et Jean Dujardin, deux beaux gosses qui plaisent à quasiment toutes les filles (il semblerait que la cote de Clonney avoisine les 99,9% selon le chiffre annoncé par le mag). Chez Biba, c'est mon chouchou, Julian McMahon, le succulent Docteur Troy de Nip/Tuck, qui file d'ailleurs un mauvais coton dans la cinquième saison, qui cherche la femme de sa vie. Moi, moi, MOOOOOIIIIII!!!!!! Mais c'est Cosmopolitan qui s'intéresse le plus à nos chers et tendres avec 52 pages rien que pour eux. Les questions qu'ils se posent, leurs techniques de drague, ces femmes qui les ont marqués à jamais... Mais aussi de la mode et des soins beauté. Ouf! nos hommes sont des femmes comme les autres!

Comme je suis d'humeur joyeuse, je vous éviterai les galères de l'adoption, l'éducation des enfants quand les hommes s'en mêlent et que, forcément, on ne tombe pas d'accord sur l'attitude à adopter, l'enquête sur les salauds (comment les reconnaître), les régimes et astuces pour perdre nos rondeurs avant l'été, parce que, de toute façon, si c'est comme l'année dernière, on ne le sortira jamais, le maillot, et que, cachées sous des mètres de tissus, on ne les voit plus les rondeurs! Je ne reviendrai pas non plus sur la tendance décolo de l'été (le blond revient en force - sic!), ni sur la chirurgie esthétique, parce que ce n'est pas la bonne saison pour se laisser tenter: optimiste de nature, je vous prédis le soleil, et le soleil pour la cicatrisation, c'est pas top. Alors, il est pas beau ce mois de mai en technicolor?


Repost 0
29 avril 2008 2 29 /04 /avril /2008 08:10
Les Petites, ou la boutique où trouver des pulls cashmere et soie de toutes les couleurs, avec des coupes variées. On y trouve aussi des robes, des tuniques, des p'tits tops... Plus ça va, plus ça se féminise, et plus on trouve de petites choses pour sortir. Et toute l'équipe de la rue du Four est adorable, même le samedi à 19h30...
Repost 0
Published by - dans nomao
commenter cet article
29 avril 2008 2 29 /04 /avril /2008 08:07
Des tops, des robes, des tuniques, de la maille en veux-tu en voilà... Depuis quelques saisons, Maje est devenue une boutique incontournable avec des basiques et des pièces un peu plus funky. Et les vendeuses de la rue du Commerce sont les plus souriantes (mention tout de même pour la boutique de la rue Saint-Honoré).
Repost 0
Published by - dans nomao
commenter cet article