Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Welcome

  • : Absolute Trendsetter
  • Absolute Trendsetter
  • : Variations d'une trendsetteuse parisienne qui parle de la mode, des tendances, de l'actu, de ce qui fera ou ne fera pas les tendances de demain
  • Contact

Recherche

27 octobre 2011 4 27 /10 /octobre /2011 15:37
(Ca faisait longtemps que je n’avais rien publié ici. Il est donc temps de revenir sur “Les galères d’une trentenaire”…)
 
Je me suis réveillée un jour sans boulot, sans RMI et avec un loyer. Pas le réveil le plus folichon de ma vie! Mais comme je suis une fille sympa et que j'avais rencontré des gens tout aussi sympas lors de mon passage par la mode, on m'a vite proposé de m'occuper des relations presse d'une marque de prêt-à-porter suisse (ne riez pas, ça existe !). Comme on ne me proposait que des jobs au SMIC mais "avec intéressement dès qu'on sera lancé", j'ai décidé de tenter ma chance en montant mon agence de communication avec un premier client basé en Suisse. Grossière erreur, mais je vous raconterai ça un autre jour.

Ma-boiteCe qui est encourageant en France quand on n'a pas de travail et qu'on décide de se lancer en créant son entreprise, c'est qu'on a droit à une exonération de charges durant toute une année ! Evidemment, ça rassure, quand on sait que ce sont les charges qui plombent les petites entreprises. J'ai donc embarqué ma mère dans l'aventure, pensant qu'elle pourrait également y trouver son compte vu qu'elle aussi était "demandeur d'emploi".

Mais ce que ne nous disent pas  les majestueux panneaux prônant la création d'entreprise, ce sont les heures de paperasse à remplir, les déplacements incessants, les appels à droite et à gauche pour expliquer qu'on a droit à une exonération des charges, et surtout les 25 envois du même papier qui n'arrive jamais, sauf quand on l'expédie en recommandé avec accusé de réception (comme par hasard).

C'est ainsi que ma petite entreprise est née, après moult visites à la Direction Départementale du Travail, précédées de quelques heures passées avec un comptable, seul apte à m'aider à remplir le dossier ACCRE et ses douze mille pages de prévisionnel et autres extrapolations sur une activité qui n'avait  pas encore démarré.

Une petite boîte avec plein d'idées à l'intérieur et une sacrée dose d'optimisme (il en faut) était née. Mais voilà : ce n'est pas le tout de monter sa boîte (même si c'est déjà un exploit en soi), encore faut-il la faire vivre. A priori, avec un contrat juteux, pas besoin de trop se prendre la tête. Sauf quand... ledit contrat est passé avec une entreprise étrangère et que l’Etat, qui sait vous réclamer de l’argent, ne sait pas vous filer un coup de main... Mais je vous raconterai ça une prochaine fois...

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Nine Trendy 28/10/2011 13:47


Dit comme ça, ça donne envie !


Sasha 08/11/2011 11:36



Tu m'étonnes, John ! Mais ce n'est pas fini... Les galères de la trentenaire ne faisaient que commencer...