Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Welcome

  • : Absolute Trendsetter
  • Absolute Trendsetter
  • : Variations d'une trendsetteuse parisienne qui parle de la mode, des tendances, de l'actu, de ce qui fera ou ne fera pas les tendances de demain
  • Contact

Recherche

20 février 2008 3 20 /02 /février /2008 09:27

Elle arrive à grands pas la fashion week... Attendue par certains comme l'ultime moment mode de la saison, crainte par ceux qui doivent assurer durant ces quelques jours de frénésie, elle s'annonce bien remplie, et c'est bien le seul sentiment que tous partagent. Au programme: défilés à la file (je sais, je sais...), after-parties déjantées, mannequins dans les rues et heures de sommeil en débit, c'est ça la fashion week.
undefined
Et pour la parisienne, c'est quoi la fashion week? La parisienne férue de mode qui n'est pas invitée mais rêve de se rendre aux présentations et de faire la fête avec les équipes créatives, qu'en pense-t-elle? Pour le savoir, j'ai fait ma petite enquête auprès de parisiennes averties, de celles qui consultent scrupuleusement les magazines de mode, qui épluchent les blogs tendance et chinent à droite et à gauche LA pièce qu'il leur faut pour mettre la touche finale à un look pointu.

Première réaction avec une étudiante en lettres, rencontrée au hasard d'une soirée. Pour elle, la fashion week, c'est avant tout l'occasion de faire des rencontres. Des rencontres? "Ben oui: il y a plein d'étrangers, d'étudiants en mode qui viennent tenter leur chance à l'entrée des défilés et finissent par refaire le monde dans les bars". Soit... rencontrer de l'étudiant étranger dépité de s'être fait jeté, ça peut être un but pour certaines.

Seconde réaction d'une fille qui travaille dans la mode. La fashion week? Son pire cauchemar. Pourquoi? "Mais tu n'imagines pas le calvaire que c'est de passer d'une présentation à l'autre, de devoir assurer, répondre aux appels, aux mails, etc. Et encore: j'ai un Blackberry. Mas comment faisait-on avant le Blackberry..?" Alors là, je comprends déjà mieux. C'est vrai que de l'extérieur la vision est tout de même plus attrayante.

Enfin, réaction de la fille qui a la chance de bosser dans les tendances mais pas dans la mode? Comment ça, je ne suis pas claire? Pourtant je me comprends moi. Explication: je travaille dans la com-mu-ni-ca-tion. Traduction: les nouvelles tendances, je les suis, de plus ou moins près (ou loin, ça dépend des jours). J'irai donc à quelques présentations et after-parties, mais seulement si j'ai le temps, parce qu'à côté j'ai un vrai travail. En revanche, je passerai quelques heures entre le Palais de la Bourse et l'avenue Montaigne, Tranoï oblige? Pourquoi le Tranoï? Parce que les vraies nouveautés, c'est là-bas qu'on les trouve...

A l'arrivée, la fashion week, c'est surtout beaucoup de stress, de talons cassés (à courir d'un défilé à l'autre, ça arrive immanquablement), de fatigue (à enchaîner défilés, soirées et travail, le rythme s'accélère et les nuits raccourcissent). Je commence donc mon régime spécial fashion week dès aujourd'hui. Au programme: cure de vitamines le matin, sport pour se maintenir en forme, préparation de réserves de sommeil en anticipation du manque à-venir, régime du dresing pour éliminer les importables et shopping light pour être à la hauteur.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

coach handbags 31/05/2010 11:11


Cool,nice artcile,it must be loved by many people, thank you for you post.


Scaree Gee-Oh! 23/02/2008 08:20

T'inquiète, Eric ! On comprend très bien ce que tu as voulu dire... Sasha, merci pour le com au sujet du super-timbre Haute Couture de Franck Sorbier... Je cours t'ajouter @ Da Scaree blogg-roll !

Eric Maillard 20/02/2008 21:21

C'est un truc de dingue les Fashion Weeks ! Je gens ne savent pas que les journalistes des Magazines abattent l'équivalent de trois mois de boulot en seulement une semaine. ( c'est mon approximation personnel )

Beaucoup d'émotions !
Eric

Sasha 21/02/2008 01:07

Et non, je ne peux pas y toucher aux commentaires. Mais je précise donc: le commentaire d'Eric est parti trop vite, d'où les fautes (ça nous arrive à tous).